Orléans : ville de la condition animale

Les changements de mentalité accompagnent les dernières découvertes en matière d’éthologie, de sociologie animale et même de biologie.

Nous savons que l’humain est un animal comme les autres, qu’il n’est plus le « centre de la nature », mais un de ses participants, de ses maillons. La disparition exponentielle des espèces le met face à ses responsabilités (chasse de confort, pêche et agriculture intensives, pollutions industrielles comme pour ses déplacements, corridas inutiles et barbares), mais le met aussi en danger. Une extinction d’une majorité d’espèces empêche la pollinisation, reproduction des plantes. L’absence de lombrics fait que les terres ne sont plus oxygénées, drainées, s’appauvrissent. Nous parlons, par ses deux exemples, de nos futures assiettes.

L’animal est aussi un accompagnant : chien guide, animal de compagnie pouvant combler la solitude, chien de secours pour les pompiers et sauveteurs de haute montagne, L’humain prend conscience de son égalité face à l’animal et les nouvelles générations sont moteurs de nouveaux comportements comme le végétarisme ou le veganisme, le refus de voir des animaux exploités, torturés. Nous devons réinventer notre rapport aux vivants. Nous pouvons en faire un des enjeux de la prochaine élection des municipales. Le bien-être animal est une question politique

  • Création d’une délégation à la condition animale, avec une mission permanente sur le bien-être animal, accompagnée d’un groupement de citoyen.nes pour améliorer la réflexion pour l’inclusion de l’animal en milieu urbain et péri-urbain,
  • Pour une alternative végétarienne dans les cantines,
  • Pour plus de nichoirs pour lutter contre la disparition des moineaux et oiseaux urbains,
  • Etude pour une maison de retraite pour animaux en fin de vie,
  • Pour des espaces dédiés pour les chiens et leur maître,
  • Par les plantations et l’encouragement des citoyen.nes à faire de même, en renforçant les espaces 0 pesticides, faire revenir les insectes dans notre ville, donc toute la biodiversité qui les accompagne,
  • Pour l’interdiction des cirques avec animaux sauvages,
  • Pour l’interdiction, même symbolique, de toute chasse et toute corrida sur le territoire de la commune,
  • Pour un accueil des SDF avec leur animal quand ils en ont un,
  • Faire d’Orléans une ville vegge friendly.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.